Le Frequency-Hopping Spread Spectrum[2] (FHSS)

Le FHSS est une technique qui utilise le saut de fréquence. Elle consiste à diviser la bande passante disponible en 79 sous canaux, de 1 MHz de largeur de bande offrant, chacun un débit d'au moins 1 MB/s avec codage binaire. L'émetteur et le récepteur s'entendent sur une séquence de sauts de fréquence porteuse pour envoyer les données successivement sur les différents sous-canaux, ce qui sert à ne pas utiliser (temporairement) les sous-canaux fortement perturbés. La séquence de sauts est calculée pour minimiser la probabilité que deux émissions utilisent le même sous-canal.

La figure (cf. FIG.[*]) nous montre comment, sans vraiment représenter exactement ce qui se passe en réalité, grâce à cette technique, on peut émettre des données dans une plage de fréquence même perturbée. Si l'on avait découpé la bande en une seule plage, la plage entière aurait été perturbée, ce qui aurait rendu tout émission impossible. Avec ce découpage en 79 sous plages, une perturbation n'affecte que quelque sous plages. Dans ce cas, on réussit la communication malgré des perturbations.

Figure: Le Frequency-Hopping Spread Spectrum (FHSS)
\includegraphics[width=14cm,angle=0]{img/FHSS.eps}

La structure de la trame en FHSS :

Une trame au niveau physique est composée de trois parties. Elle débute par un préambule, suivi d'une entête et terminée par la partie données.(cf. FIG.[*])

Figure: La structure de la trame 802.11 au niveau physique pour le FHSS
\includegraphics[width=12cm,angle=0]{img/TrameFHSS.eps}

Chaque champ de chaque partie possède un rôle spécifique :

Le préambule
:
L'entête
:
La partie donnée
:

2004-08-25