Introduction

Les réseaux sans fil ont été créés pour permettre aux utilisateurs de garder la connectivité réseau de leurs équipements informatiques, tout en ayant un gain de mobilité. Le plus souvent présents sous la forme de réseaux hertziens, malgré leur aspect pratique, ils imposent un désavantage fort : une faible confidentialité. En effet, toute onde transitant sans obstacle peut être interceptée avec le matériel radio adéquat. Ainsi il est nécessaire, pour des réseaux sans fil, d'avoir des méthodes pour rendre toute interception de transmission inutile (car le résultat ne serait pas intelligible) voire totalement impossible. On appelle ces méthodes de la sécurisation.

Des solutions existent au sein des réseaux compatibles avec la norme émergente IEEE 802.11. Nous étudierons ainsi tout au long de ce Travail d'Etude-Recherche (T.E.R) la norme IEEE 802.11 et ses dérivés ainsi que le problème de sécurité qui y est associé. Nous étudierons en particulier les protections mises en place par le standard avec les failles qui en découlent puis nous comparerons les solutions imaginées pour parer à ces failles afin d'aboutir à un système sécurisé. Nous traiterons au passage le cas particulier des réseaux dits ad-hoc dont l'architecture même complique grandement la confidentialité et imposera une réflexion sur de nouvelles méthodes de sécurisation. Enfin, nous établierons un bilan de ce travail en tentant d'imaginer les perspectives s'ouvrant sur les réseaux sans-fil et leurs évolutions.

Les réseaux sans fil se définissent en tant que systèmes où les machines sont reliées entre elles, directement ou par l'intermédiaire d'une borne (comme les téléphones sans fil qui existent dans la plupart de nos maisons), par voie hertzienne.

Il existe deux approches des réseaux sans fil. Il y a d'abord les réseaux mobiles, tel que la téléphonie actuelle, et ensuite, les réseaux sans fil organisés de façon cellulaire où le déplacement des terminaux d'une cellule à une autre n'est pas implémenté contrairement aux réseaux mobiles. Ces derniers remplacent la plupart du temps des réseaux filaires qui existaient auparavant. Mais, il faut noter que la plupart des réseaux sans fil tendent à se transformer en réseaux mobiles.

Ce qui a fait exploser les réseaux sans fil, c'est l'apparition des réseaux locaux sans fil, qui remplacent les réseaux locaux filaires. C'est à cause du fait d'une plus grande flexibilité de leur interface, qui permet à l'utilisateur de se déplacer tout en restant connecté. Ces différents réseaux peuvent atteindre des débits de plusieurs mégabits par secondes; voire des dizaines de mégabits par seconde. On peut ainsi classer ce type de réseaux dans la classe des réseaux sans fil. Ils offrent par contre de meilleurs débits que ceux-ci.

On peut ainsi différencier les différents réseaux sans fil, selon deux critères :

Figure: Classement des réseaux sans fil selon leur portée
\includegraphics[width=12cm,angle=0]{img/ClassementRezo.eps}

L'explosion des WLAN est principalement du à l'apparition de normalisation pris en charge par le groupe de travail IEEE 802.11 (Institute of Electrical and Electronics Engineers). C'est de cette norme que nous allons parler dans notre rapport. Les autres normes ne seront pas développées dans ce rapport, comme l'HiperLAN développé par l'ETSI (European Telecommunications Standards Institute). C'est la version européenne du IEEE802.11. Elle utilise uniquement la bande des 5GHZ.

Pour ce qui est des autres types de réseaux, comme le BLR, les normalisations sont beaucoup moins nombreuses. De plus, nous n'en ferons pas état dans ce rapport.

L'autre caractéristique des réseaux sans fil provient du spectre de fréquences utilisé. Les bandes de fréquences disponibles n'obligent pas l'utilisateur à acquérir d'une licence d'utilisation. Cela rend son déploiement moins complexe.

Il existe deux bandes de fréquences disponibles, dites sans licences, pour la norme IEEE 802.11 :

Ce ne sont pas des bandes passantes très larges, mais du fait de l'utilisation par la norme IEEE 802.11 de cellule de petite taille, la réutilisation de cette bande fréquence est excellente. Après, l'organisation des plages de fréquences pour que les cellules se recouvrent ou non, revient à une simple allocation des fréquences en fonction de ce critère. On organise ainsi, l'ensemble de la surface à couvrir avec un ensemble de cellules qui se chevauchent pour permettre une couverture complète de la zone.



Sous-sections
2004-08-25