Le routage dans les réseaux ad-hoc

On utilise des algorithmes de mise à jour des tables de routage spécifiques au réseau ad-hoc: la table de routage d'un noeud peut être modifiée très fréquement si les noeuds sont très mobiles. Une station mobile peut se trouver pendant un moment donné à la porté d'une station et ne plus l'être à un autre moment, sans aucun moyen de prévenir cette dernière. Si une route passait par l'intermédiaire de la station qui n'est plus accessible, il est nécessaire de retrouver une autre route pour accéder au destinataire. Pour cela il existe différents algorithmes pour mettre à jour cette table.

On peut ainsi les regrouper en deux grands familles : les protocoles de routage pro-actifs et réactifs.

La première famille se base sur la même philosophie que pour les protocoles de routage utilisés dans les réseaux filaires. Ils utilisent les méthodes d'état de lien et de vecteur de distance. On peut citer le protocole OLSR (Optimized Link State Routing)[7] et le protocole DSDV (Dynamic Destination-Sequenced Distance-Vector)[8]. Ces algorithmes permettent de connaître le chemin vers toutes les machines qui sont sur le réseau.

La seconde famille est plus spécifique aux réseaux mobiles. On retrouve comme algorithme dans cette famille, le protocole DSR (Dynamic Source Routing)[9] et le protocole AODV (Ad-Hoc On-Demand Distance Vector)[10]. Ces protocoles correspondent beaucoup mieux aux réseaux mobiles, car ils créent les routes à la demande. Contrairement aux algorithmes précédents, ceux-ci vont essayer de découvrir la route vers le destinataire, uniquement quand la station souhaite communiquer avec celle-ci, et non pas, de construire une table de routage renseignant la route vers toutes les stations du réseau. Ce dernier cas peut être très lourd, lorsque les stations sont très mobiles.

On comprend donc que chaque type d'algorithme possède des avantages et des inconvénients. Le premier favorise le délai de routage, mais, est très lourd à maintenir à jour. Tandis, que le second, permet de maintenir seulement les routes qu'on utilise, mais pour cela, il perd en temps de routage, car il doit découvrir la route pour chaque nouveau destinataire. Il existe des approches de routage hybrides, qui permettent de fusionner les deux précédentes familles de protocoles. Le routage est pro-actif jusqu'à un certain nombre de sauts puis devient réactif.

2004-08-25